CICOPA

Construire un monde meilleur avec les coopératives : CICOPA et IHCO ouvre une nouvelle voie

Le 17 novembre 2011, CICOPA et IHCO ont organisé un évènement sur les coopératives et le développement qui avait pour but d'aller au-delà et de casser le schéma classique des réunions au cours desquelles une série d'intervenants s'exprime chacun à leur tour devant un auditoire. Plus de 200 personnes ont assisté à cette rencontre qui a pris la forme d'un débat autour d'une table ronde modéré par Peter Eneström (IHCO) et qui a rassemblé 30 acteurs clés du développement, dont des représentants des Nations Unies, de l'UNDP, des gouvernements brésilien et mexicain, d'ONG de développement, de la Confédération Internationale des Syndicats, d'organisations coopératives impliquées dans le travail de développement et de plusieurs instances régionales et sectorielles de l'Alliance Coopérative Internationale (ACI).

27 novembre 2011

Au cours du discours d’ouverture, Pauline Green, la Présidente de l’ACI, a accueilli positivement l’initiative en soulignant que le développement international était un des thèmes cruciaux que le mouvement coopératif devait suivre de près. Même si ce dernier est déjà très impliqué dans ce domaine, elle a plaidé pour la nécessité de renforcer sa force au niveau mondial et de définir un profil global.

Le programme de la conférence était divisé en 2 parties.

Lors de la première partie, des représentants d’organisations internationales et d’institutions régionales et nationales se sont exprimés sur les politiques de développement. Anis Chowdhury, Economiste principal au Département des Affaires Economiques et Sociales des Nations Unies, a fait un vibrant appel à l’assemblée en déclarant que cette réunion arrivait à un moment très important. Ainsi, les Objectifs du Millénaire pour le Développement manquent d’une réelle stratégie : il a insisté sur la nécessité pour les coopératives d’influer dans ce débat. La seconde raison concerne la crise : "L’économie mondiale connait une transition importante et nous ne savons toujours pas si la chenille va se transformer en papillon" a déclaré M. Chowdhury. Selon lui, les coopératives doivent saisir l’opportunité d’influencer le débat sur le nouveau monde que nous voulons voir apparaitre après la crise. Il a insisté sur le fait que le développement devait s’accompagner d’une vision à long terme qui a fait défaut lors des 30 dernières années et que les coopératives ramenaient cette vision au cœur du débat.

Construire un monde meilleur

Lors de la seconde partie de la conférence, les participants ont débattu sur 3 dimensions distinctes du développement, à savoir, les niveaux micro, macro et méso. Chaque session était illustrée par de courtes vidéos avec des animations et des cas concrets sur la contribution des coopératives au développement : de la France (Ardelaine) à l’Inde (Sewa), du Brésil (Unimed et Uniforja) à l’Uganda (coopératives d’artisans), ainsi que de nombreux autres exemples. Au cours du débat, différentes questions ont été soulevées dans un message commun sur la manière de construire un monde meilleur, à l’instar du slogan de l’Année Internationale des Coopératives des Nations Unies.

Comment aller au-delà de ce message ? Une des réponses réside dans les valeurs d’entraide et de responsabilité personnelle, et en ne percevant pas le déclin économique comme inévitable, mais comme une occasion pour les hommes et les femmes d’agir ensemble pour construire un monde meilleur ; et notamment dans la manière dont les coopératives offrent une réponse durable et où les personnes sont actives économiquement, socialement et du point de vue environnemental à travers des entreprises détenues et contrôlées démocratiquement. La nécessité de promouvoir l’inter-coopération a été également soulevée afin de soutenir les coopératives existantes dans les parties les moins développées du monde, dans le but de créer de l’emploi et des richesses. Une autre question clé du débat fut aussi de voir comment créer de nouvelles coopératives afin de promouvoir le développement mais aussi de déterminer comment mettre des ressources en commun dans le mouvement coopératif ou avec le soutien des gouvernements.

Stefania Mancini de la Fondation FAI a conclu le débat en soulignant que le mouvement coopératif devait travailler davantage avec les ONG dans le domaine du développement international.

La dernière action des participants de la conférence a été de formuler un certains nombres de points clés sur lesquels il fallait mettre l’accent dans les politiques de développement à tous les niveaux, et notamment l’importance de promouvoir les coopératives à travers la législation basée sur l’identité et les nomes coopératives, l’importance d’encourager des politiques publiques fortes pour le développement des coopératives, une gouvernance plus démocratique des stakeholders dans les activités économiques, d’emplois durables et à long terme pour le développement, etc.

La liste des points approuvée par les participants est disponible ici.

Plus d’informations sur http://coopsanddevelopmentcancun.wordpress.com/

Organisation Internationale des Coopératives de Production
Industrielle, Artisanale et de Services

Secrétariat: C/O European Cooperative House - avenue Milcamps 105
1030 Bruxelles, Belgique
Tel: +32 2 543 1033, fax: +32 2 543 1037
E-mail: cicopa[at]cicopa.coop

Copyright 2005 - 2016 CICOPA
Powered by Spip
validate css xhtml

RSS icon