CICOPA

Grandes, dans tous les secteurs, résistantes et productives : une étude commandée par Co-operatives UK vise à briser certains des stéréotypes sur les coopératives de travail

Le membre de CICOPA au Royaume-Uni, Co-operatives UK, a récemment publié une étude réalisée par la professeure Virginie Pérotin de l’Université de Leeds, sous le titre « Que savons-nous vraiment des coopératives de travail ? ». Elle étudie les données internationales sur les entreprises propriété des travailleurs sur deux décennies.

1er mars 2016

Traditionnellement considérées comme des petites entreprises, des organismes spécialisés et sous-capitalisées par de nombreux économistes, l’étude rompt avec ces stéréotypes et prétend que la promotion de coopératives de travail pourrait améliorer l’emploi dans les collectivités locales et donc les recettes fiscales, et diminuer les dépenses sociales et de santé. L’étude mesure principalement la taille, le secteur de distribution, les stratégies novatrices et la productivité de ces entreprises.

Les faits montrent que les coopératives de travail peuvent être plus grandes que les entreprises classiques, car elles étaient plus grands au moment de leur création ou parce qu’elles se développent plus rapidement et / ou survivent plus longtemps que les entreprises classiques. Par exemple, en France, le pourcentage de coopératives de travail qui ont 250 employés ou plus est plus de deux fois celle des autres entreprises de 250 employés ou plus. Une autre idée communément admise est que les coopératives de travail ne sont adaptées qu’à des industries particulières (par exemple, les industries avec une faible intensité capitalistique ou faibles besoins en capitaux). Les coopératives de travail peuvent en effet être trouvées dans la plupart des industries, même si les différences varient selon les pays.

L’étude explique que, en réponse à une baisse de la demande, les coopératives de travail sont plus susceptibles d’adopter des stratégies telles que les ajustements de rémunération, plutôt que l’ajustement de l’emploi. Cela implique qu’elles peuvent mieux préserver des emplois pendant un ralentissement économique. En conséquence, les coopératives de travail survivent au moins aussi longtemps que les autres entreprises et ont un emploi plus stable.

En ce qui concerne la productivité de ces entreprises, l’étude indique que les coopératives de travail sont plus productives que les entreprises classiques, avec un personnel de travail « meilleur et plus intelligent » et une production organisée de manière plus efficace. En outre, étant donné que les coopératives de travail sont détenues et gérées par les travailleurs, ils ont beaucoup plus à dire dans l’entreprise, des préoccupations au jour le jour par le biais de grandes questions stratégiques, que dans les entreprises traditionnelles. « Un emploi dans une coopérative de travail est particulièrement utile, car c’est un emploi dans lequel l’employé a un mot à dire sur les décisions qui affectent les risques sur son travail », dit le rapport. Le niveau de capital dans les coopératives de travail est inférieur à celui des entreprises classiques, tandis que dans un même temps, les coopératives maintiennent un niveau plus élevé du chiffre d’affaires dans l’entreprise que les entreprises classiques, selon l’étude. Une caractéristique importante qui est au cœur même des coopératives de travail est le fait qu’un pourcentage minimum du revenu est retenu chaque année et cela est prévu par la loi.

Dans son rapport, Virginie Pérotin dit que : "Ce que les données sur les différents modèles de société montrent est que les entreprises appartenant aux travailleurs sont souvent plus performantes que des entreprises classiques - et la raison est que les gens qui y travaillent contrôlent l’entreprise et veulent continuer à avoir de bons résultats pour s’assurer des emplois constructifs. Elle ajoute également que : « la meilleure productivité, par exemple, vient des travailleurs ayant un mot à dire dans les décisions et qui possèdent l’entreprise, de sorte qu’ils travaillent plus fort et prennent des meilleures décisions. Les entreprises appartenant aux employés offrent un emploi de bonne qualité et stable, ce qui est susceptible d’avoir des effets bénéfiques sur les communautés locales ».

L’étude peut être téléchargé (disponible en anglais) ici

Organisation Internationale des Coopératives de Production
Industrielle, Artisanale et de Services

Secrétariat: C/O European Cooperative House - avenue Milcamps 105
1030 Bruxelles, Belgique
Tel: +32 2 543 1033, fax: +32 2 543 1037
E-mail: cicopa[at]cicopa.coop

Copyright 2005 - 2016 CICOPA
Powered by Spip
validate css xhtml

RSS icon