CICOPA

Isabelle Durant : « La durabilité de l'emploi se traduit également dans le mode de gestion de l'entreprise qui le crée »

Isabelle Durant, vice-présidente du Parlement européen et députée européenne (ALE/Verts), a accepté de répondre aux questions de Travailler Ensemble à l’occasion de ce numéro spécial sur l’emploi durable. Isabelle Durant aspire à une Europe plus sociale. Sur son site internet, elle explique comment elle a contribué à aboutir à un accord avec le Parlement européen et la Commission en 2001 sur le temps de travail des chauffeurs routiers : « Le social, c’est toujours pour après. On libéralise et dérégule d’abord » dit-elle « et dans le meilleur des cas, on voit ensuite quelles sont les conséquences pour les travailleurs, leur santé, la sécurité. C’est ça aussi l’Europe sociale ». Voyons ce qu’Isabelle Durant pense d’une Europe où les entreprises seraient plus soucieuses de leurs travailleurs.

24 mai 2011

Question : La notion de durabilité de l’emploi est totalement absente des politiques européennes. Pour les coopératives et les entreprises détenues par leurs travailleurs représentées par CECOP, elle constitue leur mission de base. Mais selon vous, comment l’emploi durable peut-il être défini ?

Réponse : La durabilité d’un emploi n’est pas qu’une question contractuelle pour le travailleur qui l’exerce (idéalement à durée indéterminée) mais aussi une question d’objet et d’impact de l’activité à laquelle il contribue sur son environnement territorial, économique, physique, humain. Sa durabilité se traduit également dans le mode de gestion de l’entreprise qui le crée : une gestion prudente, qui anticipe et qui maîtrise son expansion et qui investit dans le capital humain, la formation de tous ses travailleurs.

Q. : Avez-vous déjà été sensibilisée aux coopératives, dans votre vie de citoyenne ou bien comme députée européenne et de quelle manière ?

R. : Absolument. Ici au Parlement européen, diverses coopératives, en particulier dans le domaine de la production agricole et alimentaire prennent contact avec nous dans le cadre de certains des aspects de la future réforme de la politique agricole commune (PAC). Dans un secteur où le revenu du producteur isolé est mis en danger de façon structurelle, l’organisation en coopératives de travailleurs, propriétaires de leur entreprise, est particulièrement indiquée et adéquate. L’adéquation dans ce secteur en difficulté devrait nous amener à rechercher comment un tel modèle peut être utilisé et encouragé non seulement dans les secteurs en reconversion ou suite à la fermeture d’entreprises mais aussi dans les secteurs de petites entreprises innovantes, permettant la création d’emplois nouveaux.

Q. : La reprise d’entreprises en crise ou sans héritiers par leurs travailleurs a déjà permis de sauver de nombreux emplois en Europe. Selon vous, cette modalité ne devrait-elle pas être mieux prise en compte dans les politiques européennes ?

R. : Il est regrettable que la stratégie 2020, sans l’exclure formellement, ne considère cette formule de reprise par les travailleurs que comme un pis-aller…

Q. : Dans leur très grande majorité, les coopératives ont jusqu’ici démontré une meilleure résistance face à la crise par comparaison avec la moyenne des entreprises dans les mêmes secteurs et les mêmes pays. Leur mode de gouvernance et de gestion y sont-ils pour quelque chose selon vous ?

R. : C’est une évidence, ou plus exactement, les entreprises dans des secteurs très exposés à la concurrence et qui pour cette raison ont développé des stratégies de court terme pour survivre à un dumping sauvage, sont celles qui se sont bien plus mises en danger.

Q. : Enfin, si vous décidiez de créer une coopérative, quelle en serait l’activité ?

R. : J’ai déjà participé et suis coopératrice d’une coopérative immobilière à visée sociale, offrant à une dizaine d’associations actives sur le terrain social des locaux partagés, une éthique de travail commun, une plateforme de connaissance et de services. Si je devais en créer une autre, ce serait dans le secteur de la production artistique (cinéma, théâtre, imagerie, nouvelles technologies) : je suis convaincue que dans cette matière qui ne peut se concevoir sans une vraie implication humaine, sans une ligne directrice qui donne du sens, il y a un immense besoin de mise en commun des stratégies et des moyens.


BIO EXPRESS

- 1994-1999 : co-présidente du parti Ecolo en Belgique
- 1999-2003 : vice-première ministre et ministre de la Mobilité et des Transports dans le gouvernement belge de Guy Verhofstadt
- 2004-2009 : réélue en tant que co-présidente du parti Ecolo
- 2009 : élue députée européenne (groupe ALE/Verts) et vice-présidente du Parlement européen


Propos recueillis par Olivier Biron, CECOP

Organisation Internationale des Coopératives de Production
Industrielle, Artisanale et de Services

Secrétariat: C/O European Cooperative House - avenue Milcamps 105
1030 Bruxelles, Belgique
Tel: +32 2 543 1033, fax: +32 2 543 1037
E-mail: cicopa[at]cicopa.coop

Copyright 2005 - 2016 CICOPA
Powered by Spip
validate css xhtml

RSS icon