CICOPA

L'OIT qualifie les coopératives de prestataires innovants de services de santé

Les coopératives sont une bonne solution à la fois pour les soignants et pour les bénéficiaires car elles peuvent proposer des emplois de qualité à ceux-là et des services de qualité à ceux-ci. Voilà ce que suggère un rapport publié en mars par l'Organisation internationale du Travail (OIT). En fait dans le secteur des coopératives industrielles et de services, les entreprises dédiées à la fourniture de services sociaux à la population sont de plus en plus nombreuses. Le rapport conclut que les coopératives contribuent à répondre aux besoins non satisfaits dans un monde en mutation où le vieillissement de la population est en croissance rapide. Mais il y a aussi des défis que les coopératives tentent de relever.

1er avril 2016

Le rapport « Cartographie mondiale de la prestation de soins par les coopératives » est une initiative conjointe de l’Unité Coopératives de l’OIT(COOP) et du Service des questions de genre, de l’égalité et de la diversité (GED).
« Une source généralement identifiée pour la croissance de l’emploi dans le futur dans les pays émergents comme dans les pays industrialisés est celle de l’économie des soins compte tenu du vieillissement de la population dans une grande partie du monde (...). Que faut-il pour réaliser ce potentiel ? » demande Guy Ryder, le Directeur général de l’OIT. « De nombreux besoins existants en matière de soins soit ne sont pas satisfaits en raison des contraintes financières soit ne sont couverts que par le recours à des prestataires sous-payés ou bénévoles ».

Dans le scénario mondial actuel la fourniture des soins est en train de changer en raison de changements démographiques tels que l’accroissement de la population vieillissante. « Le nombre de personnes âgées devrait dépasser pour la première fois le nombre d’enfants en 2047 », indique l’OIT.

Il en résulte que l’économie de soins constitue un énorme potentiel de création d’emplois. Néanmoins, le risque de l’insécurité de l’emploi et de l’exploitation des travailleurs, parmi les plus vulnérables et les plus défavorisés, peut porter atteinte aux responsabilités de prestation de soins. Voilà pourquoi, l’OIT indique que, « de nouvelles solutions en matière de soins sont nécessaires sur deux fronts : en ce qui concerne la nature et la fourniture des services de soins et les termes et les conditions de travail dans le domaine des soins ».

La réponse coopérative
Le rapport fait référence aux coopératives de travail associé, aux coopératives sociales, aux coopératives d’utilisateurs et aux coopératives multi-parties prenantes, proposant différents types de services de soins, allant de la garde des enfants aux soins aux personnes âgées en passant par les soins de longue durée aux personnes souffrant de handicaps ou de maladies chroniques. La plupart d’entre elles sont des entreprises de petite taille.

L’OIT désigne ces coopératives comme « un type émergeant innovant de fournisseurs de soins, en particulier en l’absence d’options publiques ou privées viables ». Elles sont notamment des employeuses importantes et génèrent un accès à des emplois plus stables et de meilleures conditions de travail (accès aux bénéfices, davantage de pouvoirs de négociation, heures régularisées et conditions de travail sécuritaires). Un apport supplémentaire des coopératives est de proposer des contrats formels « une valeur particulière pour les travailleurs informels et les prestataires de soins à domicile qui sont les moins susceptibles de profiter de conditions de travail protégé ». De plus elles proposent des emplois décents à des personnes souvent exclues du marché du travail : les jeunes adultes, les minorités ethniques, les personnes handicapées, les travailleurs immigrés, etc.

Les femmes en particulier ont accès à des possibilités d’emplois stables et le statut de travailleur-membre est reconnu comme une des caractéristiques menant à une plus grande souplesse et à un équilibre entre leur vie professionnelle et privée.
L’expérience de l’organisation « Service Workers Centre Cooperative Society » basée à Trinidad est significative. Cette coopérative de travail associé regroupe des travailleurs domestiques, des femmes plus particulièrement, combat l’exploitation des immigrants en leur donnant une formation et des possibilités de certification : « à la coopérative, nous voulons aider les immigrants à obtenir leur qualification professionnelle caribéenne », déclare Ida LeBlanc, Secrétaire de la coopérative. « Avec cela, ils sont certifiés. La formation et la certification les aident à obtenir de meilleurs emplois et à gagner plus d’argent ». « Devenir mère, cela arrive parfois, cela arrive tout simplement. Et vous devez prendre soin de vos enfants. La coopérative apporte son aide lorsque cela se produit », ajoute-t-elle.

L’avantage coopératif s’étend non seulement aux travailleurs mais aussi aux bénéficiaires des services de soins. En effet, la majorité des organisations ayant répondu au sondage affirment que l’accessibilité, l’abordabilité, la qualité du service, la durabilité et la participation de la communauté sont des dimensions clés de la prestation de services que les coopératives promeuvent souvent activement.

Les défis
Le rapport a souligné le fait que les coopératives ont un accès limité aux capitaux et aux financements de démarrage. En outre un manque de savoir-faire coopératif et de connaissances entrave encore le potentiel des coopératives. En dépit de la demande mondiale croissante pour les soins dispensés par les coopératives les résultats de la recherche démontrent que le soutien des gouvernements nationaux et locaux est essentiel pour les coopératives impliquées dans les services de soins.

Comment les coopératives tentent-elles de faire face à ces défis et à d’autres ? L’intercoopération et les groupes horizontaux aident les coopératives individuelles à se renforcer grâce à des économies d’échelle, comme le souligne Davide Lo Duca, Directeur commercial de la coopérative italienne Omnibus associée au consortium VCO : « les consortia sont, en ce sens, une solution souhaitable. Ils donnent du poids aux coopératives et les aident à être reconnues comme des acteurs majeurs ».

« CICOPA a été heureuse d’apporter sa contribution en tant que lectrice attentive de ce rapport avant sa publication », explique Bruno Roelants, Secrétaire général de CICOPA, « nous pensons que ce rapport devrait être largement diffusé afin de sensibiliser les gens sur le rôle de coopératives dans la fourniture de soins. De notre point de vue sectoriel, en tant que CICOPA, nous avons observé un énorme développement des services aux citoyens et à la communauté au cours des dernières décennies comme les soins sociaux et de santé, parfois avec la participation d’autres parties-prenantes (usagers, élus locaux, etc.). Cette expansion marque une nouvelle voie vers le renforcement de la relation entre le mouvement coopératif et le monde qui nous entoure ».

Organisation Internationale des Coopératives de Production
Industrielle, Artisanale et de Services

Secrétariat: C/O European Cooperative House - avenue Milcamps 105
1030 Bruxelles, Belgique
Tel: +32 2 543 1033, fax: +32 2 543 1037
E-mail: cicopa[at]cicopa.coop

Copyright 2005 - 2016 CICOPA
Powered by Spip
validate css xhtml

RSS icon