CICOPA

Les coopératives viennent en aide aux immigrants et aux réfugiés

Selon les Nations Unies le nombre de migrants internationaux a augmenté de 41 % au cours des 15 dernières années passant de 173 millions en 2000 à 244 millions en 2015 ; l'ONU fait également remarquer que les conflits, la pauvreté, l'inégalité et le manque d'emplois décents sont les principales raisons de cette migration et que la distinction entre les pays d'origine, de transit et de destination est de plus en plus obsolète.

6 avril 2016

Ces données apparaissent dans la Déclaration sur les migrants et les réfugiés récemment adoptée par CICOPA. En ce qui concerne les réfugiés, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés estime leur nombre à 15,1 millions à la mi-2015, contre 10,5 millions en 2012, soit une augmentation de 40 % en 3 ans à peine, la grande majorité étant hébergée par les pays à revenu faible ou moyen.

Dans cette déclaration CICOPA se dit « pleinement consciente de la réalité complexe à laquelle les migrants sont confrontés dans le monde entier et de ce que leur parcours est à certains moments difficile ou périlleux » et qu’en tant qu’organisation active au niveau mondial, elle lutte pour changer ce paradigme en développant et en favorisant la croissance des coopératives industrielles et de services conformément au premier principe coopératif selon lequel « Les coopératives sont des organisations fondées sur le volontariat et ouvertes à toutes les personnes aptes à utiliser leurs services et déterminées à prendre leurs responsabilités en tant que membres, et ce sans discrimination fondée sur le sexe, l’origine sociale, la race, l’allégeance politique ou la religion ».

Le sujet des migrants et des réfugiés revêt une telle importance aujourd’hui et pour les années à venir que nous lui consacrons un dossier spécial dans ce Work Together. « Les coopératives industrielles et de services contribuent à une vie décente et digne et à l’intégration sociale et économique des réfugiés et des migrants dans diverses parties du monde. Elles sont également utilisées comme un outil par les migrants et les réfugiés eux-mêmes pour développer des initiatives d’entrepreneuriat avec d’autres membres de la communauté, augmentant ainsi l’autonomie, la solidarité et le développement humain tout en contribuant à une économie durable à la fois globalement et localement ».

Cette constatation incluse dans la déclaration est basée sur des exemples concrets du monde entier. Ainsi, la Fédération italienne des coopératives sociales Federsolidarietà a récemment établi une charte nationale afin de promouvoir une action commune des coopératives sociales et de l’administration publique pour une insertion plus efficace des immigrants et pour éviter l’émergence de crises et de conflits sociaux.

Nor-Bum est un autre cas concret parmi des milliers d’autres ; une coopérative de travail associé créée par sept travailleurs de la construction originaires de Bolivie et installés en Argentine qui ont ainsi amélioré leur situation en matière d’emploi et de capacité économique.

On peut lire aussi dans ce numéro l’histoire d’Opportunity Threads, une entreprise de coupe-couture exploitée par 23 hommes et femmes dont la majorité sont des immigrants guatémaltèques de première ou de deuxième génération

Ou "Subiendo al Sur", une coopérative espagnole d’immigrés - surtout Péruviens - qui possède un restaurant, un magasin et un service traiteur à Madrid. Cette coopérative a résisté à la crise et aide toujours non seulement les immigrés mais aussi leur pays d’origine avec le commerce équitable.

Et, last but not least, les coopératives travaillent directement pour et avec les réfugiés. Comme le constate la déclaration de CICOPA, « l’Europe en particulier est confrontée à la plus grave crise humanitaire et migratoire qu’elle a connue depuis la Seconde Guerre mondiale et qui révèle ses propres paradoxes et ses inaptitudes à appliquer ses valeurs constitutives telles que la solidarité, le respect de la dignité humaine et de la liberté ».

Des coopératives comme « Welcommon » (pour Welcome in common), un projet créé en partie par la coopérative sociale Wind of Renewal, proposent des logements de qualité aux demandeurs d’asile ainsi que l’inclusion sociale, l’autonomisation et l’intégration des réfugiés. C’est également le cas de la coopérative sociale italienne Camelot qui travaille sur des programmes pour l’insertion professionnelle des immigrants en ce compris les demandeurs d’asile et les réfugiés. En un an, en 2015, la coopérative a suivi 541 adultes et mineurs d’âge dans différents établissements.

Et ce ne sont que quelques exemples parmi de très nombreux.

Organisation Internationale des Coopératives de Production
Industrielle, Artisanale et de Services

Secrétariat: C/O European Cooperative House - avenue Milcamps 105
1030 Bruxelles, Belgique
Tel: +32 2 543 1033, fax: +32 2 543 1037
E-mail: cicopa[at]cicopa.coop

Copyright 2005 - 2016 CICOPA
Powered by Spip
validate css xhtml

RSS icon