CICOPA

Une main qui aide à relever les femmes opprimées d'Inde

Ahmedabad, Inde. Il y a trente-cinq ans, dans cette ville textile autrefois prospère, Ela Bhatt s'est battue pour des salaires plus élevés pour les femmes qui transportaient sur leur tête des coupes de drap. Elle a ensuite créé la première banque de femmes de l'Inde.

20 mars 2009

Extrait d’un article de Somini Sengupta publié dans le Herald Tribune International, 6 mars 2009

Depuis lors, son Association de femmes indépendantes, ou Sewa, a proposé des comptes de retraite et l’assurance maladie aux femmes qui n’ont jamais eu de protection, a prêté des fonds à des entrepreneurs pour ouvrir des salons de beauté dans les quartiers pauvres, a aidé les artisans à vendre leur production aux nouveaux grands magasins urbains et a formé ses membres au travail de préposés de station d’essence - un travail audacieux pour des femmes au bas de l’échelle sociale.

Petite, à la voix douce, habituellement vêtue d’un sari de coton filé à la main façon grand-mère, Bhatt, 76 ans, est une pragmatiste gandhienne pour la nouvelle Inde.

Elle est un critique de certains aspects de l’adoption par l’Inde des réformes du marché.

Mais elle veut voir le plus pauvre des ouvriers indiens trouver un intérêt dans l’économie croissante et mondialisante du pays. Elle a construit un formidable empire de coopératives dirigées par les femmes - 100 au dernier relevé – quelques unes proposant la garde d’enfants aux mères au travail, d’autres vendant des semences de sésame aux sociétés indiennes de transformation des aliments et le tout sur l’idéal Gandhien d’autosuffisance, tout en promouvant des ambitions modernes.

(…) Des étameurs ou des fabricants de saumure, des brodeuses ou des vendeurs d’oignons, les membres de Sewa sont surtout employés dans le secteur non officiel. Ils n’obtiennent ni salaire régulier, ni congé de maladie ni vacances. (…) Sans Sewa, ils ne pourraient bénéficier de prestations de santé ou d’accès au crédit.

Avec 500 000 membres dans le seul état occidental de Gujarat, l’empire Sewa inclut aussi deux sociétés à but lucratif qui cousent et brodent des vêtements
de femme vendus par une chaîne de grand magasin.

Plus de 100 000 femmes sont inscrites à son plan de santé et d’assurance vie. Sa banque compte 350 000 déposants et connaît un taux de remboursement très élevé – 97 pour cent. Les prêts vont de 100 $ à 1100 $ environ, avec un taux d’intérêt élevé de 15 %. "Nous n’avons pas de problème de liquidités," dit joyeusement son directeur Jayshree Vyas, "les femmes sont économes."
Un récent matin, Behrampura a bourdonné de travail et d’une grande activité. Les hommes ont désossé de vieux postes de télévision et garni de nouveaux sofas. Une femme a poussé une charrette chargée de valises usagées. Une autre a fait paître une demi-douzaine d’ânes chargés de des débris de construction.

(…) L’approche Gandhienne de Bhatt est évidente dans sa façon de vivre. Son bungalow à deux chambres est petit et disponible. Son seul caprice, une balancelle blanche accrochée au plafond au centre de la salle de séjour. Elle utilise son lit comme chaise de bureau. Son petit-fils a peint une scène pastorale enfantine sur le mur de la chambre à coucher. On la connaît pour n’avoir aucune complaisance.

"Vous devriez surtout souligner sa simplicité," dit Anil Gupta, un professeur à l’Institut indien de Gestion qui a suivi le travail de Sewa sur plusieurs décennies, parfois d’une façon critique. "Dans sa vie privée, il n’y a pas le moindre soupçon d’hypocrisie." (…)

Il y a peu de temps, Bhatt a demandé aux membres de Sewa ce que la liberté signifiait pour elles. Certaines ont répondu que c’était de pouvoir sortir de la maison, d’autres ont dit avoir une porte à la salle de bains. D’autres encore ont dit que cela signifiait avoir leur propre argent, un téléphone portable ou "de nouveaux vêtements chaque jour." Alors elle parla de sa définition favorite. « La liberté, a dit une femme, c’était de regarder un policier dans les yeux. »

Article originale : http://www.nytimes.com/2009/03/07/world/asia/07bhatt.html?_r=1&scp=3&sq=SEWA&st=cse

Organisation Internationale des Coopératives de Production
Industrielle, Artisanale et de Services

Secrétariat: C/O European Cooperative House - avenue Milcamps 105
1030 Bruxelles, Belgique
Tel: +32 2 543 1033, fax: +32 2 543 1037
E-mail: cicopa[at]cicopa.coop

Copyright 2005 - 2016 CICOPA
Powered by Spip
validate css xhtml

RSS icon