Un lieu unique de dialogue et d’apprentissage mutuel: SCIS 2017

Accueillant 35 coopérateurs de 9 pays différents (Italie, Belgique, Bulgarie, République tchèque, Pologne, Royaume-Uni, États-Unis, Japon, Sri Lanka) axés sur la communication, l’agriculture sociale et la gestion, l’édition 2017 a confirmé l’International School comme lieu unique de dialogue et d’apprentissage mutuel. Des coopérants du Royaume-Uni, d’Italie et d’Espagne ont partagé leur expérience et d’éminents intervenants d’institutions européennes et internationales débattant autour du thème des changements technologiques et de la manière de soutenir le développement des coopératives sociales dans le monde entier. En particulier, l’École pourrait compter sur la participation d’Ulla Engelmann, chef de l’unité Clusters, économie sociale et entrepreneuriat au sein de la DG GROW (Commission européenne) et Simel Esim, chef de l’unité Coopératives de l’Organisation internationale du travail.

Alessandro Martemucci, PDG de Officinae Agency, auteur du livre Marketing Low Cost et fondateur du site web marketinglowcost.it, a animé la première session sur la façon de communiquer sur les coopératives sociales où les participants pouvaient apprendre le modèle et les stratégies pour améliorer l’efficacité de la communication l’identité coopérative, la promotion de la valeur ajoutée dans la production de biens et de services, les stratégies de marque et la communication marketing.

À l’occasion de la visite d’étude, les participants ont visité une ferme sociale Fiori di Zucca. L’agriculture sociale est en Italie un secteur émergent où les coopératives sociales promeuvent de nouvelles formes d’insertion professionnelle, de services sociaux, d’activités éducatives et de thérapie, tout en fournissant des services sociaux et une assistance aux personnes vivant dans les zones rurales.

La ferme sociale Fiori di Zucca, située à Aversa, entre Caserte et Naples, emploie actuellement 16 travailleurs, dont neuf sont des membres travailleurs et les fondateurs de la coopérative, qui viennent d’horizons différents comme éducateurs, animateurs et experts agricoles. Sa mission est l’inclusion et l’intégration sociale des personnes en difficulté, basée sur la notion que le travail est un aspect important pour l’émancipation de l’individu. Vous pouvez lire notre article d’août 2017 sur “Comment la coopérative sociale” Un Fiore per la vita “montre la voie à suivre.”

Pendant le séminaire «Travail, économie de partage, plateformes – vers une approche coopérative?», Des représentants du gouvernement italien, de l’Organisation internationale du travail, de la coopérative anglaise Outlandish et du réseau italien CoopUP ont partagé leur point de vue et leur expérience sur les coopératives sociales contribution pour faire face aux changements sociétaux en cours à travers l’inclusion professionnelle et la lutte contre la marginalité sociale et les inégalités et si la technologie peut améliorer leur impact.

Lors de la dernière session, le Groupe des Services Sociaux Intégrés a présenté son expérience aux participants. Créée à Bilbao en 1986, la SSI est une coopérative dont le but est de répondre aux besoins sociaux des personnes en situation de dépendance ou de vulnérabilité sociale. En particulier, l’organisation a concentré son développement sur la promotion de ses professionnelles, qui, dans la plupart des cas, viennent de situations difficiles ou souffrent de difficultés socio-familières.