Briser le quatrième mur: les coopératives de médias en Asie et Pacifique

Par l’Alliance coopérative internationale pour l’Asie et le Pacifique (traduit de l’anglais)

Le paysage des coopératives de travail dans le secteur des médias en Asie-Pacifique est à la fois varié et unique. Aux Philippines, un groupe de jeunes a créé la première coopérative d’artistes appelée Red Root Multipurpose Cooperative. Ils proclament leur soutien et leur inspiration des principes coopératifs et visent à fournir des services basés sur la qualité, tels que le design innovant, la communication audiovisuelle et le développement de stratégies marketing. La coopérative est fière d’être aussi professionnelle et de pointe que toute entreprise traditionnelle dans son domaine; mais ils vont au-delà de la simple prestation de services, ils prennent également soin de leurs membres et collaborent à des projets visant à assurer le succès global de la coopérative. Les membres fondateurs de Red Root ont également été des mentors et des conférenciers enthousiastes aux événements de plaidoyer pour la jeunesse organisés par l’ICA Asie et Pacifique (ICA-AP), soulignant la nécessité pour les jeunes d’être indépendants et de développer une éthique de travail collective.

On trouve des coopératives de presse écrite au Japon, où nous avons des exemples reconnus tels que Japan Agricultural News, membre de ICA-AP, qui s’est imposé comme une source d’informations fiable pour le secteur agricole du pays au cours des 85 dernières années! Dans l’ensemble, la coopérative aspire à être le «pivot de la consolidation des liens entre toutes les organisations coopératives». Avec le plus grand tirage sur le marché des journaux agricoles, Japan Agricultural News vise à aider les coopératives, les gouvernements et d’autres organismes compétents à lutter contre la sécurité alimentaire, changement climatique, etc.

Associated Press est un exemple souvent cité d’une agence de presse basée aux États-Unis et basée sur des coopératives. L’Inde dispose également d’une agence de presse coopérative, le Press Trust of India, qui contrôle la majorité du marché des agences de presse dans le pays!

Avec des exemples aussi inspirants tirés du monde des coopératives de travail basées dans le secteur des médias en Asie et dans le Pacifique, ce mouvement a encore une portée et un potentiel de croissance, car de nombreux exemples datent de la période précédant la mondialisation. Avec l’abondance de talents, davantage de coopératives de ce type doivent être créées dans divers médias, motivées par le succès de personnes rassemblées pour faire converger leurs talents, intérêts, idées et objectifs, en vue d’une entreprise et d’une coopération mutuelles.

Une industrie du cinéma bien vivante

Si l’on revient en arrière dans l’histoire, on trouvera des exemples fascinants, comme la société coopérative Chitralekha créée par le célèbre cinéaste Adoor Gopalakrishnan et ses collègues de l’Institut de cinéma et de télévision de l’Inde dans les années 1960. La société coopérative a été la première du genre à être créée en Inde pour produire, distribuer et projeter du cinéma de classe mondiale. Au cours de ses années de succès, il a également cultivé une riche littérature cinématographique, des cours très appréciés de critique de cinéma dans les universités et des sociétés de cinéma dans tout le pays.

L’Inde abrite également des collectifs d’artistes tels que le village d’artistes de Cholamandal, créé en 1966, qui est considéré comme le plus grand groupe artisanal de l’Inde. Il gère l’Association des artistes artisans, une coopérative qui gère l’exposition d’œuvres d’art, fournit un espace pour des spectacles artistiques et rend le village autonome. D’autres exemples intéressants incluent des coopératives d’artistes telles que Space, à Baroda, qui fournit un espace résidentiel et du travail aux artistes en difficulté, et la Tribal Women’s Artist Cooperative, à Jharkhand, habilitant les femmes à propager leurs œuvres d’art traditionnelles et utilisant leurs œuvres d’art comme outils de plaidoyer contre l’appropriation de leurs ressources par les grandes entreprises.

En Australie, un groupe de 70 cinéastes s’est réuni pour rejoindre une coopérative créée par le scénariste-réalisateur Heath Davis. Intitulée Cinegar Bar, cette coopérative tire son origine d’un scénario dans lequel un groupe de professionnels travaillant sur un projet de film particulier ne collabore pas avec un autre groupe de professionnels du même secteur; rendant l’ensemble du processus isolant et limitant. La coopérative souhaite réunir des professionnels d’expertise différente, capables de collaborer, d’évaluer de manière critique le travail de chacun et de changer l’écosystème en un système plus synergique. Comme le dit simplement Davis; la coopérative s’efforce de placer le “film devant le cinéaste”. En Nouvelle-Zélande, le photographe et réalisateur Geoff Steven a fondé au début des années 1970 la coopérative Alternative Cinema, qui donnait à plusieurs personnes le pouvoir de raconter leur histoire à travers des films et également de présenter des films réalisés par d’autres coopératives similaires en Australie et en Nouvelle-Zélande.