“Sans médias communautaires, pas de démocratie”, avertissent les journalistes argentins

Par Fedecaba/Argentina (Traduit de l’espagnol)

En Argentine, la liberté d’expression est plus que jamais menacée. Les attaques contre la presse libre et plurielle ne sont plus celles des gouvernements autoritaires d’antan, telles que la fermeture de journaux et de magazines, la présence de soldats et de voitures d’assaut dans les imprimeries, le retrait de certains numéros du marché et d’autres formes de censure vécues dans le passé. Mais le gouvernement du président Mauricio Macri crée une dangereuse distinction entre médias “amis” et “ennemis”,  entre “journalisme militant” ou “fonctionnel” et “dysfonctionnel”.

En outre, l’attribution des aides d’État aux maisons d’édition et les autorisations de publication correspondantes sont accordées en fonction des préférences du gouvernement. Les médias Clarín et Nación ont reçu au cours de ces trois années des millions en campagnes publicitaires et ont considérablement développé leurs moyens d’influence et leurs activités de télécommunications grâce à des permis et à des fusions de sociétés accordées par l’administration Macri. Par ailleurs, Net TV, de l’éditeur Perfil, a immédiatement été accepté dans le système de réseau audiovisuel, tandis que d’autres médias, tels que Barricada TV et Pares TV, attendent depuis des années d’accéder à la programmation par câble.

Depuis 2015, selon un rapport de l’Union de la presse de la province de Buenos Aires, plus de 3 000 journalistes ont perdu leur emploi. Le cas le plus célèbre est celui de la société de presse d’État Telam, qui a perdu près d’un tiers de son usine en raison d’une décision administrative qui pourrait cependant être annulée devant un tribunal grâce à la lutte et à la protestation des travailleurs. La radio nationale et la télévision publique voient également leurs programmes gravement affectés par les coupures constantes.

Dans ce contexte, les médias coopératifs et communautaires sont confrontés à une perspective incertaine et sombre, qui a sans doute commencé lorsque le gouvernement actuel a partiellement abrogé la loi 26.522, mieux connue sous le nom de «loi sur les médias», et qui profitait principalement aux médias coopératifs et communautaires. Egalement, une loi récemment votée au Congrès affecte de manière significative les journaux coopératifs du pays. Ce règlement établit la déréglementation du papier utilisé pour imprimer les journaux, ce qui profite aux grandes entreprises au détriment des plus petites. Sur cette situation, la Fédération associative des journaux et des communicateurs coopératifs d’Argentine (Fadiccra) a déclaré: «Nous avertissons la communauté nationale que cette nouvelle montée en puissance des groupes monopolistiques en Argentine est dangereuse car ceux-ci, avec le consentement du Congrès national, modifient les lois dans le seul but de maximiser leurs profits ».

 

En ce qui concerne les fonds de développement et de promotion – appelés FOMECA – qui ont été créés par la loi pour soutenir les médias indépendants, qui opèrent dans les régions les plus éloignées du pays, elles ne sont tout simplement pas dûment mis en œuvre. En fait, ce gouvernement a à plusieurs reprises minimisé l’importance des réseaux de médias qui effectuent une tâche importante de communication dans les zones défavorisées, en particulier lorsqu’il s’agit de se concentrer sur les problèmes de la communauté plutôt que sur les affaires et la publicité.

Récemment, des représentants des médias communautaires ont manifesté devant l’entité gouvernementale (ENACOM) chargée de l’octroi de licences de radiodiffusion aux radios. « Le refus des câblo-opérateurs d’autoriser les télévisions communautaires telles que Pares TV et Barricada à accéder aux réseaux, leur tendance à ignorer les conflits et à laisser de côté les sources qui ne disposent pas d’espace dans les médias commerciaux, élimine de facto de l’espace audiovisuel les expressions alternatives. Au-dessus des lois, décidant de qui parle et qui ne parle pas, bénéficiant du soutien d’un gouvernement qui a approfondi la concentration à des niveaux jamais atteints », ont-ils déclaré dans un communiqué publié après l’activité.

Malgré la difficile réalité à laquelle sont confrontés les médias commerciaux, étatiques et communautaires, il convient de noter que les efforts des travailleurs de la presse (ainsi que des syndicats, des organisations sociales, des partis politiques et des acteurs de l’économie sociale, solidaire et populaire) leur ont permis de continuer à informer la société argentine.

«Ainsi, les réseaux de médias communautaires, les radios et les chaînes de télévision poursuivront leurs actions contre un gouvernement qui […] discrimine les médias communautaires et menace la démocratie […]. C’est un moment de fermeture systématique des médias, avec des milliers de travailleurs licenciés, […], avec une concentration très forte de grands médias. Cette situation a généré une mobilisation permanente dans les différents secteurs impliqués, afin de revendiquer toujours fort et toujours plus haut: Sans médias communautaires, il n’y a pas de démocratie», déclarait Liliana Belforte, associée à la coopérative Social Communication Ltda, qui dirige FM En Tránsito depuis 32 ans. Et qui émet toujours.