Comment les coopératives de travail, sociales et de production contribuent-elles à une économie durable?

Le 7 juillet 2018, les coopérateurs du monde entier célébreront la Journée internationale des coopératives avec un slogan: « Coopérer pour une société durable ». Cette année, CICOPA a décidé de se concentrer sur la dimension environnementale de la durabilité. Un choix motivé par le fait que le changement climatique et la nécessité de faire face à la crise environnementale actuelle sont de plus en plus présents dans l’agenda politique international. De nombreux pays connaissent ses effets d’alerte tels que les phénomènes météorologiques extrêmes, dont les personnes vulnérables sont souvent les plus touchées.

Pour relever ces défis, l’Accord de Paris, un engagement à limiter la température globale en dessous de 2 degrés, a été adopté le 12 décembre 2015 lors de la COP21 à Paris. D’un autre côté, l’Agenda 2030 des Nations Unies et ses objectifs de développement durable (ODD) ont renforcé l’importance d’évoluer vers des modes de production et de consommation plus durables. Compte tenu de ces prémisses, qu’est-ce qui fait des coopératives de l’industrie et des services un allié précieux pour une économie verte, durable et compétitive?

Read: Worker, social and producers’ cooperatives will keep contributing to the goals and targets of the 2030 Agenda (2015)

Nous pourrions argumenter que, compte tenu de leurs racines locales et des préoccupations de la communauté, les coopératives sont particulièrement appropriées pour une utilisation durable des ressources endogènes, ce qui en fait la formule appropriée pour développer des activités liées à la promotion de l’économie verte. Un débat intéressant à cet égard a été élaboré par le président de l’ACI, Ariel Guarco, dans sa note «Agenda coopératif pour la défense de la planète», où il souligne que le pouvoir et la responsabilité des coopératives dans ce domaine résident dans leur objectif intrinsèque, à savoir répondre aux besoins des communautés locales. Le développement durable, soutient Guarco, peut être atteint si l’innovation est au service des personnes (et non du profit entre les mains de quelques actionnaires); par conséquent, les coopératives apparaissent comme «une alternative au modèle qui a engendré la dégradation de l’environnement et l’inégalité».

Read: Cooperatives as Builders of Sustainable Development (PDF, 2014)

Le potentiel de développement des coopératives dans l’industrie et les services est considérable: du tourisme durable, de l’énergie, de la gestion des déchets, de l’éducation environnementale, de la construction durable à la gestion des forêts et des espaces naturels. La grande majorité des membres de CICOPA consultés sur ce sujet ont souligné les tendances et l’intérêt croissant dans ce domaine, et ont identifié l’innovation technologique et environnementale comme l’une des nouvelles forces motrices du développement coopératif dans leur pays. Dans certains cas, ces activités contribuent à lancer de nouvelles activités, telles que les énergies renouvelables (qui semblent être plus consolidées en Europe du Nord et en Amérique du Nord mais présentent également un fort potentiel de développement dans d’autres pays tels que l’Italie et l’Uruguay). services environnementaux (Vietnam); dans d’autres cas, ils contribuent à la reconversion et au repositionnement du marché des activités en difficulté depuis la crise économique de 2008, comme dans le secteur de la construction (France, Espagne).

CICOPA COOPS’ INVOLVEMENT IN THE GREEN ECONOMY (source: “Industrial and Service Cooperatives: Global Report 2015-2016”, CICOPA)
Comment les membres de CICOPA contribuent concrètement à une économie plus verte?

Un «terrain d’essai» intéressant pour le développement des coopératives, en particulier des coopératives de travail associé, dans l’économie verte est l’Andalousie (Espagne). Selon la Fédération andalouse des coopératives de travailleurs (FAECTA), l’Andalousie est la communauté autonome espagnole qui compte le plus grand nombre de coopératives et d’emplois coopératifs: environ 4.000 coopératives (environ 18% du nombre total de coopératives en Espagne), 80% des coopératives qui sont des coopératives de travail. En plus de cela, selon une étude publiée par FAECTA en 2015, l’Andalousie est la deuxième communauté autonome à générer des «emplois verts». 132 sont des coopératives (dans leurs grandes coopératives majoritaires) actives dans les activités liées à l’environnement, principalement dans l’économie bleue (secteur maritime), suivies par l’environnement et l’éducation, le recyclage, l’écotourisme, l’agriculture biologique, les énergies renouvelables et la bioconstruction.

Alors que le cas andalou illustre les tendances émergentes et les opportunités pour les coopératives de travail associé dans l’économie verte, d’autres expériences régionales servent d’exemples de pratiques qui ont été consolidées au cours des dernières décennies. C’est le cas des coopératives forestières du Québec, dont l’histoire remonte aux années 1930, quand elles ont été créées pour améliorer les conditions des travailleurs qui étaient contraints de gagner leur vie dans des conditions très difficiles. Aujourd’hui, la Fédération des coopératives forestières du Québec (affiliée à la CWCF, membre canadien de CICOPA) représente la totalité des coopératives de travail associé et des coopératives sociales (appelées «coopératives de solidarité» dans cette région) actives dans le secteur forestier au Québec. Ses 40 coopératives regroupent 2 700 travailleurs-membres et créent des emplois pour environ 3 500 personnes, générant plus de 250 millions de dollars de revenus. Dans des domaines tels que le recyclage et la gestion des déchets, les travailleurs et les coopératives sociales ont démontré leur capacité à combiner la protection de l’environnement et la création d’emplois décents, même pour les catégories les plus vulnérables de la société.

Une expérience paradigmatique vient d’Argentine: la coopérative ouvrière Creando Conciencia (Création de la conscience), associée à FECOOTRA, membre de CICOPA, a été fondée en 2005 dans la province de Buenos Aires, à l’initiative d’un groupe de voisins soucieux de la gestion urbaine des déchets. Depuis ses débuts, il s’est impliqué dans la collecte, le tri et le recyclage des déchets, ainsi que dans la conception et la construction de meubles en plastique. La majorité des fondateurs de coopératives étaient des anciens récupérateurs de déchets urbains au chômage qui avaient été embauchés par de grandes sociétés de collecte des déchets, de manière précaire et pour de courtes périodes. Grâce à la création de la coopérative, ils pourraient obtenir des emplois stables et capitaliser leurs connaissances antérieures et leur engagement envers l’environnement. Aujourd’hui, la coopérative regroupe 50 membres, pour la plupart des femmes, et joue un rôle de premier plan dans le processus de construction du secteur du recyclage coopératif, qui s’est considérablement développé en Argentine au cours des dernières années. Avec le soutien de FECOOTRA, Creando Conciencia a contribué à la création fin 2014 du réseau national de ramasseurs de déchets. Ce réseau fournit une stratégie intégrée pour le développement entrepreneurial de ses coopératives membres ainsi qu’une approche commune en matière de sensibilisation aux problèmes environnementaux. Ailleurs, comme en Suède ou en Italie, plusieurs coopératives sociales d’insertion professionnelle sont actives dans des domaines tels que le recyclage, le jardinage et l’agriculture, employant des personnes défavorisées généralement exclues du marché du travail.

(source: Creando Conciencia)

De même, le membre japonais de CICOPA JWCU rapporte des projets de production de biodiesel à partir d’huile de cuisson recyclée à Tokyo, dont la coopérative Aguriin, une usine employant des jeunes handicapés mentaux ou fragiles sociaux qui produisent du biodiesel produit pour des entreprises locales, telles que compagnies de bus. JWCU soutient actuellement le lancement de quatre usines similaires à travers le pays, mais leur développement est assez lent car elles luttent pour atteindre une plus grande échelle et l’attractivité du marché. En effet, le développement signalé par nos membres dans l’économie verte est souvent ralenti par des obstacles importants: la pénurie de financement et de fortes mesures de soutien empêchent ces activités d’atteindre leur plein potentiel, ce qui nécessiterait des investissements considérables dans l’innovation et la technologie. Il existe des initiatives intéressantes promues par les membres de CICOPA pour renforcer la capacité de leurs coopératives affiliées et appeler à leur développement dans ce domaine spécifique.

L’expérience du SCOP BTP, représentant les coopératives de travail associé dans le secteur du bâtiment et des travaux publics en France, mérite une attention particulière. En 2015, la fédération a lancé son label de Responsabilité Sociétale d’Entreprise, grâce à un partenariat étroit avec l’organisme spécialisé en certification RSE Afnor. Du point de vue de son promoteur SCOP BTP, la reconnaissance accordée par ce label peut sensiblement sensibiliser les coopératives actives dans la construction au développement durable et promouvoir leur approche dans ce domaine. A cet effet, une page web dédiée a été lancée: elle fournit des informations pratiques sur le label et les bonnes pratiques au sein du mouvement.


Further readings: