Hullabaloo Publishing sur les défis des médias canadiens

Par Kenzie Love, adjoint aux communications de la FCBM

Comme dans beaucoup d’autres pays, la presse écrite canadienne traverse une période difficile. La concentration croissante de la propriété signifie que seules quelques sociétés publient la grande majorité des quotidiens du pays, tandis qu’un grand nombre de journaux hebdomadaires et mensuels ont récemment été fermés. Les hebdomadaires alternatifs, l’une des dernières sources de journalisme plus indépendant, ne sont pas à l’abri des problèmes. Les publications à Ottawa, Montréal, Calgary et Edmonton ont toutes fermé leurs portes au cours des dernières années.

L’un des rares éditeurs alternatifs encore en activité est la coopérative Hullabaloo Publishing Workers de la Saskatchewan, qui imprime le “Chien de prairie de Regina” et le magazine “Planet S” de Saskatoon, deux journaux publiés tous les 15 jours. Stephen Whitworth, rédacteur en chef des deux publications, reconnaît les difficultés auxquelles ces journaux sont confrontés, mais maintient leur couverture de la politique des villes, du développement urbain et d’autres questions parfois négligées par la presse grand public.

Nous avions définitivement un trou dans lequel nous pouvions entrer et il y en a toujours un. Malheureusement, étant donné la taille du trou, nous avons du mal à le combler”, déclare-t-il.

Whitworth est actuellement confronté à des menaces tant économiques que culturelles pour ses médias. Les revenus de la publicité diminuent, les annonceurs migrent vers les médias sociaux et le public est de plus en plus sceptique – sinon carrément hostile – à la presse. Et il pense que si les médias doivent rester un élément actif de la démocratie, il faudra encore beaucoup de choses, par exemple en augmentant les fonds disponibles.

Il y a beaucoup plus d’hostilité envers toute déclaration avec laquelle les gens ne sont pas d’accord», dit-il, «il est donc plus difficile de dire quelque chose de controversé. Alors oui, je pense que culturellement et économiquement, les temps sont difficiles pour les médias, très, très, très difficiles! Très difficile, et nous allons avoir besoin de transformation pour réussir”.

Whitworth voit des opportunités pour d’autres coopératives de médias dans le paysage actuel, étant donné les vides laissés par les fermetures d’autres hebdomadaires alternatifs. Il oppose les différents modèles commerciaux des médias coopératifs, dont la mission est de servir le public, aux grandes chaînes dont la principale motivation est financière.

Cela a ses propres dysfonctionnements”, dit-il, “mais je pense que dans l’ensemble (une coopérative de travail) est probablement un moyen supérieur de gérer une organisation de médias et qu’il devrait probablement y avoir davantage de coopératives de médias “.

Whitworth reconnaît les défis que doivent relever les nouvelles coopératives de médias pour démarrer, en particulier pour trouver d’autres sources de revenus. Mais il reste convaincu que les difficultés financières, et non les problèmes liés au produit lui-même, constituent le principal obstacle.

L’argent est (la principale) barrière“, déclare Whitworth. C’est en partie la raison pour laquelle ils ont récemment lancé un programme d’abonnement pour les personnes situées en dehors de leur région: “Mais le besoin de journalisme, le désir de journalisme et la possibilité de rencontrer des lecteurs sont très attrayants, même en ces temps difficiles et peut-être même en partie à cause de ces temps difficiles.

 

Photo by rawpixel on Unsplash